Hors Série – Le Interview : Mark Shuttleworth

Le mois dernier on est donc passé à l’UbuCon Summit US 2016. On a rencontré un monsieur en chemise blanche, il donnait l’impression d’être quelqu’un d’important alors on l’a filmé, juste au cas où on passerai à côté d’un truc…

Apparemment il avait l’air de s’y connaître puisqu’il sortait d’une conférence dont il était l’auteur. Il connaît Ubuntu, il semble qu’il en soit le fondateur ; Mark Shuttleworth qu’il s’appelle. Bref, voici une première interview d’une suite qui devrait arriver régulièrement avec différentes personnes rencontrées lors de l’UbuCon ; et voilà ci-dessous les informations complémentaires à ce premier hors-série :

Il y a trois partie, la première s’oriente sur le Cloud, la deuxième plutôt sur la Convergence avec Snappy, et la troisième, toujours sur le thème de la convergence mais à propos de téléphone et tablette et le « World Mobile Congress ».

D’abord Mark nous rappelle toutes les avancées technologiques « fer de lance » qui devraient constituer Ubuntu 16.04 LTS, la prochaine mouture clef, puisqu’il s’agira d’une LTS (Long Term Support), une version qui sera maintenue pendant au moins 5 ans. En effet tous les deux ans il y a une de ces « grosses » versions d’Ubuntu.
Pour ceux qui aiment la technique, vous allez être servis :

containers
Logo de LXD

On y retrouve LXD qui permet par exemple de transformer son pc en une ferme de machine (virtuel, grâce aux conteneurs Linux « LXC ») utile pour les simulations de Cloud ; ou bien grâce à l’outils de Dustin Kirkland (Canonical) , j’ai nommé Adapt, LXD permet désormais de faire tourner une version de logiciel qui n’est pas compatible avec la version d’Ubuntu en cours sans modifier pour autant son système, et en gardant les mêmes privilèges utilisateurs, que ce soit pour le serveur ou le bureau.

Démo de l’interface web de JuJu 2.0

Il y a aussi JuJu 2.0 et sa nouvelle interface web, qui permet de rassembler plein de logiciels compliqués et de les faire fonctionner ensemble de manière efficace indépendamment de l’échelle (nombre de nœuds) et de manière très rapide. D’une certaine manière, en bénéficiant du partage de connaissance des devOps de manière collaborative, cela permet aussi d’apporter un outils rassembleur libre dans ce milieu (bon, pour illustrer ce propos: Github n’est pas libre mais il a permis de bâtir mondialement une solide communauté de développeuses et de développeurs autour du logiciel libre. Et bien JuJu permet la même chose du côté de l’orchestration des logiciels, ce qui est tout à son honneur).

Ubuntu s’affirme dans un modèle de confinement nommé Snappy lequel permet de rendre n’importe quel appareil sous Ubuntu le plus fiable possible, et si cela est recherché sur tous les appareils, c’est aujourd’hui un atout pour les objets connectés (lesquels font les unes de la presse à propos de leurs failles). Pour faire simple, chaque application, même le noyau Linux, ne peut pas corrompre les données d’une autre application. On y gagne en sécurité, par exemple l’application « tentative de spyware » ou bien juste une application boguée ne pourra pas lire tes mots de passe Firefox ou corrompre tes données, ou bien si une mise à jours du noyau Linux s’est mal passée, un retour à la dernière version qui fonctionnait sera automatique. C’est une version transitionnel qui est sur le téléphone. Une des conséquences majeure sera l’utilisation de .snapp au lieu de .deb par défaut (on pourra toujours utiliser des .deb) pour installer une application.

snappy
Logo de Snappy

Ensuite Mark nous souligne les raisons et l’importance qui mènent Ubuntu à avoir la même base, la même image (par architecture évidemment). Si il est plus simple de maintenir une même base commune, Mark nous rappelle que cela permet surtout aux développeurs et éditeurs de distribuer des logiciels compatibles sur plusieurs types d’appareils plutôt que de se concentrer uniquement sur un ou deux types, car c’est ce qui se passe aujourd’hui, et il s’agit de proposer une plateforme qui permet de s’affranchir de ces barrières.

Enfin, nous avons demandé à Mark si lors du World Mobile Congress (WMC) 2016 nous aurons le droit à des annonces très attendues notamment sur les appareils convergents Ubuntu, et il s’est montré plutôt impatient de pouvoir lui aussi profiter des annonces qui vont y être faites !

Stand Ubuntu au WMC
Stand Ubuntu au WMC

Et cette question est pertinente puisqu’ entre le temps de tournage et aujourd’hui, la date de parution, nous avons pu déjà avoir quelques annonces en amont du WMC 2016 :

  • Une tablette BQ M10 a été annoncée, et elle sera convergente : connectes-y ton clavier ou ta souris et l’interface adaptée aux tablettes devient une interface de PC ; un véritable PC portable, mais c’est aussi une tablette. Vraiment curieux à ce propos, il faut que nous en fassions, dès que l’occasion se présente, une démonstration !

    Tablette bq m10 en mode pc #convergence
    Tablette bq m10 en mode pc #convergence
  • Un appareil Meizu dans la ligné du très puissant MX4 devrait être annoncé officiellement, mais OMG!Ubuntu! a couvert la partie technique du téléphone qui semble être convergent, lui aussi !

    meizu pro 5
    Téléphone Meizu pro 5 Ubuntu Edition

A la fin on lui a dit merci, et c’est parce que vous nous avez motivés suite à l’épisode zéro qu’on s’est bougé pour aller en Californie pour ces interviews, alors, merci à vous, et au prochain épisode !

2 thoughts on “Hors Série – Le Interview : Mark Shuttleworth”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *